Top

Travail à temps partiel Print or save as PDF

Comment la définit-on?

De nombreux élèves du secondaire occupent un travail à temps partiel sous une forme ou une autre. Les emplois étudiants peuvent offrir des expériences bénéfiques aux jeunes et leur permettre d’acquérir des compétences et de développer des liens sociaux qui favoriseront leur réussite scolaire à long terme et leur permettront d’investir dans leurs futures carrières (Hirschman & Voloshin, 2007). Cependant, le travail à temps partiel chez les jeunes a été associé à des résultats scolaires négatifs, notamment à l’obtention de mauvaises notes, à de l’absentéisme et à des taux de diplomation moindres (Staff et al., 2010). L’intensité et le type de travail semblent atténuer l’incidence du travail à temps partiel sur la réussite scolaire (Staff & Schulenberg, 2010; Staff et al., 2010).

Le cadre d’évaluation de The Learning Bar relatif à l’engagement des élèves comprend des mesures de l’engagement social, institutionnel et intellectuel. Les variables de temps, comme le travail à temps partiel, sont une composante de l’engagement social, tout comme la participation à des sports et à des clubs, le sentiment d’appartenance et la capacité de nouer des amitiés positives à l’école.

Pourquoi est-ce important?

  • Les élèves qui travaillent plus de 20 heures par semaine présentent des résultats scolaires moins favorables que leurs pairs (Staff et al., 2010).

  • Le travail de bureau et les tâches administratives offrent les meilleures occasions aux jeunes d’effectuer un travail pertinent qui leur permet d’acquérir des aptitudes et des connaissances professionnelles, alors que les occasions offertes par les emplois en restauration rapide ou en vente au détail sont les moins bonnes (Staff & Schulenberg, 2010).

  • Les enseignants devraient être mis au courant des conséquences du travail chez les jeunes et guider les élèves vers l’exploration des possibilités de travail qui correspondent le mieux à leurs objectifs scolaires et à leurs intérêts professionnels (Mortimer, 2010).

Comment la mesure-t-on?

Dans le cadre du sondage NotreÉCOLE destiné aux élèves du secondaire, on demande aux élèves d’indiquer le temps qu’ils consacrent à travailler à temps partiel au cours d’une semaine typique. Les résultats sont présentés sous forme de « pourcentage des élèves qui travaillent à temps partiel ».

 

Références

Hirschman, C., & Voloshin, I. (2007). The structure of teenage employment: Social background and the jobs held by high school seniors. Research in Social Stratification and Mobility, 25(3), 189-203.

Mortimer, J. T. (2010). The benefits and risks of adolescent employment. The Prevention Researcher, 17(2), 8-11.

Staff, J., & Schulenberg, J. E. (2010). Millennials and the world of work: Experiences in paid work during adolescence. Journal of Business and Psychology, 25(2), 247-255.

Staff, J., Schulenberg, J. E., & Bachman, J. G. (2010). Adolescent work intensity, school performance, and academic engagement. Sociology of Education, 83(3), 183-200.

Cet article n'accepte pas de commentaires.